mardi 30 septembre 2014

l'expresso du 30 septembre

Le projet de loi sur la transition énergétique arrive mercredi à l'Assemblée. François Hollande avait promis que la centrale de Fessenheim fermerait fin 2016. Mais si deux réacteurs devront fermer pour que l'EPR de Flamanville puisse ouvrir, le choix du site concerné n'est finalement pas acté. "Fessenheim avait été annoncé (…) Mais il se trouve que depuis il y a eu 500 millions d'investissement", a déclaré Ségolène Royal sur France Inter. Seront fermés "les deux réacteurs qui coûtent le plus cher en termes d'investissement pour être remis aux normes", a indiqué la ministre de l'Ecologie. Avant d'ajouter : "Si EDF a une proposition plus judicieuse que Fessenheim, je regarderais cette proposition."

La phrase

"Qui crée la division? Ce n'est pas l'UDI, c'est l'UMP", a déclaré Chantal Jouanno sur France 2. La vice-présidente de l'UDI souhaite que l'UMP "arrête de se comporter comme un partenaire tutélaire et souvent méprisant".

La déclaration

Pour Henri Guaino, le duel qui se joue entre Jean-Pierre Raffarin et Gérard Larcher pour la présidence du Sénat n'est en aucun cas un "Sarkotest". "Cela n'a aucune signification dans le débat national entre Juppé, Fillon ou Sarkozy (…) Je ne sais pas quel est l'imbécile qui a inventé ces histoires", a déclaré l'ancien conseiller de l'Elysée. "Ça n'a rien à voir avec Sarkozy et Fillon", a-t-il poursuivi, parlant d'une affaire "interne" au Sénat.

La mise en garde

Interrogé sur le risque d'attaques terroristes en France, Bernard Cazeneuve a affirmé sur RTL que "la menace est réelle et la vigilance totale". "Nous sommes face à un terrorisme en libre accès", a ajouté le ministre de l'Intérieur.

Le chiffre : 90%

Pour protester contre la réforme des professions réglementées, environ 90% des pharmacies resteront fermées mardi, selon la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF, majoritaire).

La prise de distance

Arnaud Montebourg est un "ami de trente ans" de Thierry Mandon. Mais alors que l'ancien ministre s'apprête à faire sa rentrée politique dimanche dans le Gard, le secrétaire d'Etat estime que "quand on veut servir son pays, on le fait au gouvernement". "C'est là que ça se passe, pas dans les arrières salles du PS", a dit, critique, Thierry Mandon.

La proposition

Alors que la part des femmes au Sénat sera de 25% (en légère augmentation), Guillaume Peltier s'est dit favorable, sur BFMTV, à une "nouvelle parité". Le co-fondateur de la Droite forte propose qu'en 2017, lors des législatives, "50% des candidats soient issus du secteur privé".
 
Enregistrer un commentaire