vendredi 19 décembre 2014

L'expresso du 19 décembre

Le nouveau président de l'UMP, Nicolas Sarkozy, n'a pas apprécié le retard de nombreux participants lors d'une récente réunion à l'UMP, rapporte le magazine Marianne :" Frédéric (Péchenard, Ndlr), vous noterez les présents au début, et à la fin de la réunion. Au bout de trois retards ou départs anticipés, un secrétaire national n’est pas secrétaire national", a-t-il menacé. 

La question

Invité de France Info, le secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon, a affimé qu'il se posait ""tous les jours" la question de sa démission. "Je ne supporte pas quand on parle des affaires de Thierry Lepaon. Bling-bling, c'est l'image qu'on a collé à Sarkozy", s'est-t-il plaint.

L'attaque

Après l'avoir attaqué pour avoir vendu l'aéroport de Toulouse, le patron de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, s'en est de nouveau pris à Emmanuel Macron : "Il est à Bercy pour servir ses copains. Il a été placé là car il était banquier d'affaires", a-t-il lancé sur RTL. Interrogé sur le prêt russe au Front national, Nicolas Dupont-Aignan a expliqué qu'il "n'emprunter(a) jamais dans une banque étrangère mais les banques françaises ne prêtent plus aux partis."

La visite 

La visite n'avait pas été inscrite à l'agenda. Le Premier ministre, Manuel Valls, s'est rendu vendredi matin vers 7h30 à l'usine Gad de Josselin, dans le Morbihan. Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, avait fait scandale en septembre dernier en traitant les ouvriers de l’usine Gad d'"illettrés".

La commémoration 

Selon des informations du Figaro, François Hollande se rendra à Auschwitz-Birkenau le 27 janvier prochain. Il y commémorera le 70e anniversaire de la libération du camp de concentration et d'extermination. De nombreux chefs d'Etat devraient également être présents.

La défense

Le patron du groupe PS à l'Assemblée a défendu la loi Macron dans une interview au Figaro : "La Loi Macron est une loi de gauche. (...) Ce texte est déposé par un gouvernement de gauche, défendu par un ministre de l'Économie de gauche, et sera soutenu à l'Assemblée par une majorité de gauche. Cela devra inciter chacun à en regarder la réalité, pas simplement à adopter des postures", a-t-il estimé.
Enregistrer un commentaire