jeudi 27 novembre 2014

l'expresso du 27 novembre

Bruno Le Maire, candidat à la présidence de l'UMP, a mis en garde les militants du parti, estimant qu'il pourrait "ne plus y avoir d'UMP si Nicolas Sarkozy est élu" samedi à la tête du parti. "Nous aurons un autre parti", a-t-il prévenu sur RTL. Alors que l'ancien Président est le grand favori de cette élection interne, Bruno Le Maire "pense que la victoire est à portée de main". "Les militants ont compris l'enjeu de cette campagne et ce pourquoi ils vont voter samedi. Est-ce qu'on garde l'UMP en la rénovant en profondeur, c'est ce que je propose, ou est-ce qu'on met fin à l'UMP, c'est ce que propose Nicolas Sarkozy?", a-t-il ajouté.

Le pronostic

"Je sais que Nicolas Sarkozy est ultra favori. La probabilité que je gagne n'est pas la plus forte". Hervé Mariton, autre candidat, s'est lui montré moins optimiste sur i-Télé. "J'aurais apprécié des débats avec Bruno Le Maire et Nicolas Sarkozy. Ils les ont refusés", a également regretté le député.

Le désaccord

"Supprimer l'aide médicale d'Etat serait plus que stupide. Nous devons être solidaires avec ceux qui vivent sur notre territoire". L'ex patron d'Eads Louis Gallois a vivement critiqué au micro de BFMTV la proposition de Nicolas Sarkozy d'abandonner cette aide

Le conseil

Peter Hartz, présenté comme le "père" des réformes du marché du travail en Allemagne a livré sur Europe 1 quelques conseils à la France pour faire baisser le chômage. "Une économie qui veut croître a besoin à la fois d’emploi à temps complet, d’emplois à temps partiel et également de ces petits emplois, ce qui permet de relancer le marché du travail", a-t-il expliqué. Avant d'ajouter : "Mais nous avons bien sûr besoin de mini jobs qui se transforment un jour ou l’autre en emploi à temps plein pour lesquels les salariés payent des cotisations sociales. Nous avons besoin de flexibilité
 
Enregistrer un commentaire