mercredi 3 décembre 2014

L'expresso du 3 décembre

A un des élections régionales, les socialistes perdraient la région Ile-de-France, selon un sondage Ifop-Paris Match. L'UMP Valérie Pécresse succéderait ainsi à Jean-Paul Huchon, à la tête de la région depuis 1998. En cas d'union de la droite (UMP-UDI-MoDem), la liste de la députée recueille 30% des intentions de vote, devant celle de gauche PS-MRC-PRG (22%) et le FN (19%). L'avance se réduirait nettement en cas de listes séparées de l'UMP et du centre : 23% pour celle menée par Valérie Pécresse contre 21% pour la gauche.

La nomination

Toujours selon Paris Match, la nomination de Laurent Wauquiez comme secrétaire général de l'UMP est sur le point d'être acquise. L'ancien ministre, en concurrence notamment avec Nathalie Kosciusko-Morizet pour cette fonction, aurait les faveurs du nouveau patron, Nicolas Sarkozy, qui l'a confié à Jean-Pierre Raffarin et François Fillon. Son ancienne porte-parole durant la campagne de 2012 aurait pour sa part refusé lundi le poste de première vice-présidente. "C’est secrétaire générale ou rien", lui aurait-elle répondu.

La mise au point


François Bayrou réfute avoir fait perdre Nicolas Sarkozy en 2012 en ayant voté pour François Hollande, comme l'accuse l'ex-Président. Pour le centriste sur RTL, celui qui l'a fait perdre, "c'est Sarkozy lui-même" : "Ce sont ses attitudes, ses choix, sa manière d'être" qui ont détourné les électeurs de lui. Le patron du MoDem a notamment cité "ses changements d'opinion perpetuel".

La prédiction

"Bruno, c’est du pipeau! Il finira en slip kangourou", aurait dit Nicolas Sarkozy dimanche devant sa garde rapprochée au sujet de son principal concurrent, Bruno Le Maire. C'est ce que rapporte Le Canard enchaîné. "Dans un parti, quand il y a un grand favori, n’importe quel couillon peut faire un score de 30%. Mais les voix de Le Maire ne lui appartiennent pas : elles viennent des juppéistes, des fillonistes, des copéistes", a ainsi glissé l'ex-Président.

Valls et Gattaz qui sont sur un ring, ce n'est même pas du catch", a moqué sur BFMTV le responsable du NPA, Olivier Besancenot qui, plutôt que de parler d'une confrontation ces derniers jours entre le Premier ministre et le patron du Medef, voit plutôt ces deux personnalités "dans la même équipe, qui s'accusent mutuellement de pas se passer le ballon".

La précision

"Pas question de renoncer" au compte pénibilité, combattu par le patronat, a affirmé la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine sur i-Télé. Le compte, qui entrera en vigueur au 1er janvier 2015 et permettra à certains salariés de partir plus tôt à la retraite, est "une avancée majeure, une avancée sociale de grande importance", a-t-elle dit.

La promesse

Finalement, le déficit public de la France sera "largement en dessous" de 3% du PIB en 2017, selon le ministre des Finances Michel Sapin lors d'une conférence de presse. Le retour au niveau de 3% - seuil de tolérance européen - qui devait être effectif en 2015 avait été repoussé en septembre à 2017 par le gouvernement. Mais du fait des 3,6 milliards de "mesures nouvelles" de réduction du déficit annoncées le 27 octobre, l'exécutif est désormais plus optimiste.

Le chiffre : 70.000 euros

C'est l'avance reçue par Aquilino Morelle, ancien conseiller de François Hollande, pour son livre à paraître aux éditions Grasset, selon Le Canard enchaîné. Un ouvrage qui devrait être à charge contre le Président, Morelle lui ayant notamment reproché dans l'Obs en septembre de se "comporter avec (lui) comme avec Valérie (Trierweiler)".
Enregistrer un commentaire